ChercherRecherche avancée Panier (0)

LA LIBRAIRIE EN LIGNE DU VOYAGE D'AVENTURE


Découvrez plus de 5 000 livres et DVD d'aventure
Revenir au résultats
Une œuvre de Géraldine Dunbar Editions Transboréal

Seule sur le Transsibérien

Mille et une vies de Moscou à Vladivostok
9782361570408
Prix 20,90 € Disponible EAN : 9782361570408
ISBN : 978-2-36157-040-8
ISSN : 1633-9916

C’est par le légendaire Transsibérien que Géraldine Dunbar a choisi de renouer avec la Russie. Dans les gares où elle fait étape et lors de ses échappées dans la steppe ou la taïga, la voyageuse croise des gens d’horizons divers – cheminots, étudiants, militaires, chasseurs, pêcheurs, anciens déportés ou nouveaux riches –, tous réunis dans la vie du train, dont elle emprunte les trois classes. Après 10 000 kilomètres de l’Oural à l’Amour en passant par les rives du lac Baïkal, l’auteur atteint l’océan Pacifique. Quatre mois d’enchantement, à goûter les zakouskis et le charme des conversations, à contempler l’infini des paysages, à visiter les villes de Sibérie et à vivre sous le regard attentionné des chefs de wagon pour, enfin, faire siens les mots de Tolstoï : « Est seul vivant celui qui aime. »

Avant-propos – Moscopolis
Prélude à l’aventure – Le droit de rêver

I. L’appel de la Sibérie
1. Point de départ : Moscou, mai 2004
2. Train de 17 heures 06 pour Ekaterinbourg, 1 816 km
3. Train de 19 heures 06 pour Novossibirsk, 3 335 km
4. Train de 14 heures 20 pour Krasnoïarsk, 4 098 km
5. Vedette de 8 heures pour Ienisseïsk, 400 km
6. Train de 4 heures 19 pour Taïchet, 4 516 km

II. Du Baïkal à Vladivostok
1. Train de 11 heures 35 pour Irkoutsk, 5 185 km
2. Bus de 8 heures 10 pour l’île d’Olkhon, 5 500 km
3. Train de 16 heures 56 pour Oulan-Oudé, 5 642 km
4. Train de 10 heures 26 pour Khabarovsk, 8 521 km
5. Train de 12 heures 20 pour Vladivostok, 9 288 km

III. Le retour
1. Train de 20 heures 11 pour Moscou, 9 288 km bis

Épilogue – Un thé avec lady L.
Postface – Quand le rideau tombe


Florilège sur la Russie et le Transsibérien
Petit guide du Transsibérien
Pour approfondir le sujet

L’appel de la Sibérie//Le train démarre tout doucement, comme s’il voulait préserver notre intimité. Nous ne remarquons d’ailleurs pas son mouvement, discret et gracieux ; déjà, nous jacassons sur nos vies respectives, comme deux poules dans un panier. Valia habite Touroukhansk, dans le Grand Nord, au bord du fleuve Ienisseï, huit mille habitants et une température agréable de -50 °C l’hiver. Presque tout le monde y pratique la pêche ou la chasse dans la forêt pour subvenir à ses besoins. Elle travaille en qualité de responsable financier dans une entreprise pétrolière et s’est remise aux études à 40 ans. Elle vient de faire quatre heures d’avion – malgré la peur – et quinze heures de train afin de suivre une formation de gestion à Novossibirsk. Le courage incarné.
Par la fenêtre, parmi les sapins, les cèdres et les bouleaux, des fleurs jamais vues ! Elles sont rondes et d’un orange éclatant, comme de petites mandarines. On a envie de les croquer. Ce sont des jarki (“chauds” en russe). Elles n’existent qu’en Sibérie. Semblables à des renoncules, elles sont chatoyantes. Émerveillées, nous poursuivons notre discussion en entamant les provisions fournies par Nina dans un sachet rose : du jambon sous Cellophane des pays baltes, du fromage, une soupe en poudre Rassolnik, un jus d’orange Da ! et des petits-beurre made in Kazakhstan.
Vers 21 heures 30, nous marquons un arrêt à Taïga, coquette gare verte et blanche, récemment restaurée. Une jeune femme corpulente nous rejoint, accompagnée d’une fillette. Elle a les bras solides, les mains pâles, épaisses, avec des ongles larges légèrement noircis. Une paysanne. Ses cheveux noirs, attachés dans un chignon bas, brillent comme ses yeux ronds. Elle s’appelle Oksana. Je lui souris. Elle est effrayée. Je lui propose du chocolat.
Niet, spassiba.
— Des petits-beurre ?
— Niet, spassiba…
J’emploie alors les grands moyens. Je sors la carte du monde ! Nous passons ainsi des heures à contempler la Terre, à évoquer les pays, les mers et les océans. J’explique d’où je viens, où je vais… Macha, sa fille de 8 ans, la tête couverte de tresses, me pose une question troublante : “Y a-t-il des dauphins à Paris ? Y a-t-il des palmiers ?”//p. 80-81

Prélude à l’aventure//Avril 2004. L’URSS n’existe plus depuis treize ans, remplacée par une Communauté des États indépendants (CEI). La Russie est un État dit “démocratique” qui a connu sa troisième campagne présidentielle de l’ère postcommuniste. Signe des temps, le président Vladimir Poutine a même été invité à boire le thé avec la reine d’Angleterre, honneur jusqu’alors réservé aux tsars.
La Russie est un pays dans lequel on se rend maintenant librement. En témoigne la pléthore de guides au rayon tourisme des librairies – Grand Week-End à Saint-Pétersbourg, Moscou, Moscou/Saint-Pétersbourg, La Russie… Se souvient-on de la grande époque où ne figuraient en magasin que les “Guides bleus” de l’URSS et de Leningrad en un ou deux exemplaires poussiéreux ? En découvrant la première édition du “Routard” consacré à Moscou (2002-2003), je fus envahie d’une véritable mélancolie : la Russie n’était plus une destination hors du commun. Pour connaître encore le parfum authentique de ce pays immense et nébuleux, il fallait se déplacer. Si possible vers l’est.
L’idée de prendre le Transsibérien est née d’un désir longtemps enfoui. Je devais avoir 7 ans lorsque je découvris dans un vieil atlas que cette terre, mystérieusement appelée “Sibir’” par les Russes (“la terre qui sommeille” en bouriate), occupait un tiers de l’hémisphère Nord, soit un espace plus vaste encore que les États-Unis et l’Europe réunis. En fermant les yeux, je revois mes petites mains froides caressant la double page épaisse de l’atlas… Le monde interdit. Coloré dans un rouge carmin synonyme de danger. Un monde ponctué par des villes aux noms qui suscitaient autant de curiosité que d’effroi – Sverdlovsk, Omsk, Novossibirsk, Tomsk, Krasnoïarsk, Irkoutsk, Khabarovsk… Ma vie devait être marquée par cette vision et cette incompréhension ; je ne parvenais pas à imaginer les Russes ennemis, comme le soutenait la propagande des années 1970-1980, mais plutôt comme un peuple doté d’un courage à la hauteur de ses souffrances, d’une chaleur humaine grande comme ses plaines, ainsi que d’un héritage culturel et spirituel sans égal au vu de son passé tourmenté. Son histoire, il fallait la connaître.
We share the same biology, regardless of ideology.
Mon premier contact avec la langue et la culture russes eut lieu en 1984, lorsque ma mère m’encouragea à choisir le russe comme seconde langue au Lycée français de Londres. Je me souviens encore de la feuille sur laquelle étaient indiquées les principales langues enseignées à l’école : espagnol, allemand, italien, russe. Il fallait cocher l’une des quatre cases. Ma mère, guidée par une intuition incroyable, me fit comprendre que le russe, au-delà de sa beauté, était une langue d’avenir, car l’État soviétique n’allait pas et ne pouvait pas durer. Son avis, pour le moins excentrique à l’époque, était motivé par un profond sentiment humaniste : “Les gens qui vivent là-bas sont comme toi et moi : il ne faut pas confondre la propagande avec le peuple. Nous sommes tous sur la même terre ; 300 millions de personnes vivent là-bas, c’est ton devoir de les connaître.” Je voulais la croire et, en même temps, j’avais peur du regard des autres. Quels que soient les régimes qui se succèdent, nul individu n’échappe au regard d’autrui. Parfois ouvert, souvent fermé, destructeur donc. Mes camarades, comme je le craignais, furent unanimement surpris par mon choix peu orthodoxe. “Communiste” et “espionne” sont des mots qui ne me furent pas épargnés.
Affalée derrière la table basse de notre salon, avec le cœur qui battait fort, je cochai la case “russe” au Bic bleu, en appuyant bien fort sur la bille, sans me rendre compte de l’impact qu’aurait ce geste sur ma vie future. Je me souviens simplement de l’émotion avec laquelle ma mère inscrivit quelques mois plus tard mon nom et mon prénom en tête du Petit Larousse, en me disant qu’elle aurait rêvé d’apprendre la langue de Iouri Gagarine, mais qu’en son temps ce n’était pas possible.
Mon premier cours fut déterminant et marqua le début d’une passion durable pour ce pays. La salle de classe était la plus sombre et la plus petite du lycée – 12 mètres carrés environ –, dominée par une immense carte de l’URSS. Elle comportait quinze pupitres, mais en réalité nous n’étions que cinq ou six élèves. J’y appris l’alphabet cyrillique, puis mes premiers mots : isba (maison en bois), routchka (stylo), kochka (chat), sobaka (chien). À l’issue de ce cours, nous étions contents d’avoir réussi à formuler des questions et des réponses d’une grande complexité :
“Est-ce un chat ?
— Niet, ce n’est pas un chat, c’est un stylo.”
Davantage de temps fut nécessaire pour assimiler Soyouz Sovietskikh Sotsialistitcheskikh Respublik (Union des républiques socialistes soviétiques) mais, déjà, j’étais conquise !//p. 12-15

Du Baïkal à Vladivostok//C’est alors que je fais la connaissance d’Andreï, de Macha et de leurs deux enfants. Andreï et Macha sont tombés amoureux dès leur première rencontre en 1990. Elle a quitté Irkoutsk pour vivre auprès de lui, tour à tour pêcheur, mécanicien et capitaine sur un bateau de pêche. Depuis 1998, il travaille au port, dans une usine à poisson ; il regrette son premier travail, son bateau, vendu, et ses équipiers ; ces derniers se sont reconvertis dans la pêche privée, le bâtiment ou le tourisme. La souffrance de cet homme aux mains fortes est manifeste.
Je découvre leur maison, construite par Andreï en 1986. Depuis, il en a construit trois autres sur le même terrain, ainsi qu’un bania. Tout est réalisé avec amour : des frises sur le rebord des toits et des fenêtres, un soleil sculpté sur la façade, des marguerites multicolores plantées dans le sol et un cheval de bois dans la cour, qu’il a fabriqué pour son fils.
“Certains ont choisi de boire de la vodka, moi je travaille le bois, dit-il. Je ne pense plus à rien, ça me repose… Mon rêve serait d’avoir un jour mon propre atelier.”
Le plus important dans la vie ?
“Que les enfants grandissent bien. J’essaie de leur inculquer la bonté. Quand il y a la bonté, tout le reste suit : l’honnêteté, la responsabilité… L’amour ! la tendresse ! la compassion !” renchérit Macha, amusée.
Dans ma chambre en pin clair, je trouve un bouquet de fleurs sauvages : des sayanki rouge vif, des marguerites, des violettes et d’autres fleurs odorantes dans un bocal à tomates qui porte encore son étiquette de 20 roubles. De la fenêtre, j’aperçois le champ de pommes de terre, avec deux mille plants. Il y a aussi des légumes – choux, carottes, salades, tomates, concombres – et des animaux domestiques – la vache Marta et Mila, son jeune veau, un mouton, un cochon qui répond au prénom de Fritz, des lapins et des poules bavardes. Tout ce petit monde est nécessaire à la survie sur cette île éloignée de tout.
Il n’y a pas d’électricité, sauf de 20 heures à minuit, quatre heures par jour, grâce à un générateur. L’eau est distribuée par camion-citerne deux fois par semaine. Un jeune homme déroule un tuyau à travers un orifice ménagé dans la clôture et l’enfonce dans chacun des quatre barils. Nous apprenons à utiliser l’eau avec parcimonie, pour le linge, la vaisselle et la toilette au bania. Ils ne s’en plaignent pas. “Nous vivons !” Le plus important est fait : “Construire une maison, planter un arbre et faire un fils.” Pour Andreï, comme pour la plupart des insulaires, la vie n’a pas changé en mieux depuis des années. Il n’a pas d’illusions sur le pouvoir.
Khapougui, des rapaces, dit-il d’un ton courroucé. Tôt ou tard leur maison s’écroulera, car elle a été construite avec de l’argent volé, peste-t-il en tirant une bouffée de cigarette.
— Que ressens-tu en ‘mer Baïkal’ ?”
Son visage s’illumine.
“J’ai l’impression qu’elle respire, qu’elle est vivante !”
Vers minuit, la nuit noire nous enveloppe. Je me retire. Je peine à trouver le sommeil. Je sors dans le jardin silencieux, avance à petits pas parmi les plants de pommes de terre, caressés par une lumière pâle. Je lève lentement la tête. Au-dessus de moi brillent des milliards d’étoiles, serrées les unes contre les autres, de tous les côtés de la voûte céleste. Jamais je n’avais assisté à un spectacle aussi poétique : les constellations de l’univers, réunies dans un éclat éblouissant et intouchable.

À Olkhon, terre natale des Bouriates, parfumée au thym et au romarin, aux rochers majestueux, aux milliers de rares edelweiss, le voyageur découvre une énergie surprenante, liée d’après les riverains à l’esprit du Baïkal – Doukh Baïkala. Le calme est saisissant, pas un seul bruit de moteur n’est perceptible et, sur des kilomètres et des kilomètres, il n’y a aucune habitation. Les oiseaux sont les seigneurs : mouettes, mésanges, hirondelles… Ici, on vénère les quatre éléments – l’eau, la terre, le feu, l’air. La lune et le soleil aussi. Tout incite à une communion totale et absolue avec la nature. Noués aux troncs des arbres, des bouts de tissu multicolores portent les souhaits, les espoirs et les prières de la population locale.//p. 168-169

Épilogue//J’achève ici mon récit. La carte du Transsibérien est encore fixée sur ma porte d’entrée. Je la regarde, troublée. Je n’ai pas la force de la retirer. Avant, une simple ligne continue sur 10 000 kilomètres de distance ; maintenant, une ligne de vie : j’y aperçois les cimes des arbres, les bulbes des églises, l’éclat mystique de la “mer Baïkal”, et la terre qui frétille sous mes pas timides… J’y vois des êtres humains, par centaines. Leurs voix résonnent et m’étreignent, comme leurs regards et leurs sourires. D’autres cartes s’ajouteront à celles-ci sur la porte blanche, qui se doit d’accueillir la beauté du monde.
Depuis ce voyage, un autre rêve s’est réalisé. Mon chemin a croisé celui de Lesley Blanch. À 101 ans, la passion du Transsibérien est intacte dans ses yeux, quarante ans après son périple. Le départ pour Menton, sur la Côte d’Azur où elle demeure, fut exaltant à la manière de mon départ de la gare Iaroslav quinze mois plus tôt. C’était le 5 août 2005, par le train N. 5771 Corail Lunéa, de 21 heures 17, partant de la gare d’Austerlitz, à Paris. J’avais choisi le train de nuit, dans l’espoir peut-être de retrouver l’écho vibrant du Transsibérien. Mon cœur battait fort lorsque je me rendis voie 8. Peu de monde, des familles surtout, avec d’élégants bagages. Une grande horloge ronde tournait, sereine. Qu’allais-je ressentir ? Était-il totalement insensé de courir après des sons qui ne seraient forcément plus les mêmes ? Après avoir franchi sur le quai un barrage de contrôleurs en uniforme, je me précipitai vers la voiture n° 53. Trois marches, gravies à la hâte. Couloir orange, sans affichette, linoléum marron à terre… Je tendis le cou vers le bout du couloir. Pas de samovar. Pas de provodnik. Pas de cabinet pour un chef de wagon joyeux. Première tristesse. C’était le vide.
Il y avait six couchettes dans le compartiment n° 9, et sa tablette était étroite, vide de toutes provisions. Dans le Transsibérien, les compartiments regorgeaient d’amour et de nourriture. Les trois personnes présentes, deux demoiselles et un monsieur âgé, étaient muettes. L’une dormait déjà, l’autre consultait son téléphone portable, et le monsieur grommelait seul près de la fenêtre. Je posai mes sacs de nourriture calmement, en songeant à mon rendez-vous du lendemain. “Tea party !” : c’était ses mots au téléphone. Je me les répétais avec délice. Elle avait regretté de ne pas avoir de thé anglais. J’avais remédié à ce malheur, atroce pour tout Anglais qui se respecte, en emballant soigneusement du thé Earl Grey de Taylors & Harrogate, des sablés écossais Walkers, des gâteaux fourrés au citron et un peu de marmelade au gingembre. Tout cela était prêt. Étendue sur la banquette, j’attendais avec impatience la fougue du train en marche. J’espérais entendre la musique transsibérienne sur les rails français, ce bercement inégalé qui fait tendrement bouger les épaules. Mais alors que le train s’éloignait de la gare sous les derniers rayons du soleil, je fus ébranlée par un bruit assourdissant, comme celui d’un vent fort en tempête. Un crissement régulier, aigu, des quatre paires de roues sur les rails… Qu’aurait pensé Kostia, mon cheminot russe ? Les bogies toussaient sur leurs joints, roulaient dans un grondement féroce, staccato. Où était donc mon chant transsibérien ? “Tarata-taa… tarata-taa…” Mon rêve était évanoui. Je ne pus trouver le sommeil, les roues grognaient trop fort. Ma peine était grande, je me sentais seule. Cloîtrée dans une semi-obscurité, je trouvai le réconfort en tournant les pages du récit autobiographique de Lesley, en admirant sa couverture, une image prise le jour de son mariage avec Romain Gary en 1944. Elle aurait toujours le même regard, malgré les années écoulées…
Le train Corail marqua une halte à 8 heures 45 le matin suivant. Les palmiers, épanouis dans le ciel azur comme un bouquet de feu d’artifice, m’accueillirent avec liesse. Dans l’enthousiasme, je m’étais trompée de gare. Par la grâce de la providence toutefois, Marthe, retraitée, vint à mon secours. “J’aime les voyageurs ! dit-elle. Je suis passionnée par Romain Gary !”La petite dame aux cheveux blancs m’emmena chez Lesley dans sa voiture. “Elle n’est bien sûr plus la même que sur la couverture de votre ouvrage, dit-elle en enclenchant la troisième. Vous savez, le général de Gaulle disait que la vieillesse est un naufrage. Elle sera heureuse de votre visite. La solitude… Moi aussi, j’en souffre.”
Le temps est long lorsque l’on a rendez-vous avec un grand destin. Je gravis la pente de la rue sinueuse, recueillie et profondément heureuse. La vue des montagnes piquetées d’arbres m’apaise, ainsi que les nuages blancs, tendres points de suspension dans le ciel. Le chant d’un hibou solitaire et de rossignols perchés sous la ramée rehausse le calme. Au loin sur la colline, un âne braie, mélancolique. Lorsque je rejoins Lesley à 17 heures, l’heure du thé, je ne parviens pas à contenir mon émotion. En pénétrant dans sa demeure aux mille objets d’Orient, je tombe sur son regard. Le même. Je le découvre pour la première fois. Il est bleu-vert. Il transperce mon corps entier.
— So nice to meet you ! dit-elle, assise derrière son bureau en bois clair.
Je m’approche de mon étoile aux cheveux blancs soyeux, au teint diaphane, et je l’embrasse. Sur le front, doux. Le thé fume près de nous dans des tasses en porcelaine. L’air frais et parfumé de la terrasse nous caresse les tempes. Je n’y prête guère attention. Je serre mon bonheur. J’aimerais que le temps s’arrête, que le jour reste clair, longtemps. À défaut d’un arbre de Russie, je pose dans ses longues mains roses, d’une beauté touchante, une perle de Vladivostok et une cuillère traditionnelle en bois peint, rouge et or – échos légers, teintés d’amour, de son grand voyage dans les années 1960. Notre échange secret durera trois jours, heures magiques, gravées dans mon âme comme un trésor réparateur. Les mots sont des fleurs qui ne se fanent pas. À 101 ans, les mots décuplent la beauté.

Il est douloureux de mettre un point final à un tel voyage. Heureusement, il n’y a pas de point final à la liberté d’action. C’est une consolation véritable. J’observe longtemps le ciel changeant par ma fenêtre. Mon bol de thé est brûlant dans le creux de ma main. Je n’y prête pas attention. Le ciel est bleu en Sibérie, c’est sûr.//p. 259-261

Alain Bellier, lecteur, le 17 septembre 2014 :
« Madame,
Vos récits m’ont été recommandés par une amie. J’ai trouvé vos livres à l’excellente librairie du Renard de Paimpol. Je viens de terminer celui du Transsibérien et je suis encore étourdi par le chant
staccato des roues du train sur les rails dans l’infini des forêts traversées. J’ai partagé votre mélancolie au retour à Moscou. Mais les voyages sont comme la vie ; ils rendent plus intenses les rencontres et les séparations.
Merci de m’avoir embarqué dans votre compartiment. »


Keisha, enlisantenvoyageant.blogspot.fr, le 13 juin 2014 :
« Transboréal, le retour, donc, avec des nouvelles de Géraldine Dunbar dont j’avais découvert Seule sur le Transsibérien (à lire bien sûr, mais je l’ai lu avant le blog, quand je “préparais” mon propre voyage, et n’en ai donc pas parlé ici). Toutefois vous me croirez si je vous assure que le Baïkal est un lieu particulier : grand comme la Belgique, pour donner une idée, profond jusqu’à 1,6 kilomètre, une merveille – fragile.
Et ces nouvelles ? Une belle surprise. L’auteur connaît le coin, c’est clair, et sait faire passer l’impression fabuleuse ressentie. On croise chasseurs, ermites, amoureux, désespérés, malchanceux, dans une Russie aux prises avec l’industrialisation forcenée et sans scrupule, mais résistant vaillamment. Tour à tour touchantes, tragiques, drôles, fantaisistes, féeriques – on est souvent près des contes et, cerise sur le gâteau, écrites d’une plume délicate et vivante.
“L’amitié, c’est quand l’un accepte que l’autre partage l’amour du silence avec lui.”
“Dans un grain de sable voir un monde
Et dans chaque fleur des champs le paradis
Faire tenir l’infini dans la paume de la main
Et l’éternité dans une heure.”
(William Blake)
J’ai adoré le projet d’évasion d’une maison de retraite des “dix petites vieilles” : “Si les futures ex-prisonnières se faisaient prendre ou balourder, elles encourraient l’enfermement à vie avec les petites vieilles à mobilité réduite, et ‘Les Feux de l’amour’ jusqu’à la fin de leurs jours.”
Merci à l’éditeur (je sens qu’il va exister toute une collection poche, belle idée !) »


Le Guide du routard Moscou-Saint-Pétersbourg 2011-2012 :
« Qui n’a pas rêvé du mythique voyage de 23 000 km de Moscou à Vladivostok et retour ? Géraldine l’a fait, “à la russe” et à son rythme : quatre mois à passer de train en train, de gare en ville-étape où elle séjourne, de forêts de bouleaux en steppes infinies, des rives des fleuves charriant les glaces aux rives du lac Baïkal, de l’Oural au Pacifique. Simple carnet de voyage ? Non. Ce qui fait la force de ce récit, c’est le foisonnement de portraits étonnants tout droit sortis d’un univers russe en pleine mutation, tiraillé entre nostalgie soviétique et modernité déroutante. »

Myriam Salomon, www.obiwi.fr, le 30 juin 2010 :
« Un bijou ! Le livre de Géraldine Dunbar est une merveille. Il m’a transportée et m’a fait un bien fou ! Je sais d’ores et déjà qu’il va faire partie de ces livres qui vous reviennent en mémoire tout au long de votre vie tant il vous a amené du bien-être.
Ce livre est beau car il est sincère. Chaque mot, chaque phrase sur l’amour que porte Géraldine Dunbar à cette patrie et son peuple si attachant. Je voudrais citer tellement de passages du livre mais il est mieux que vous le découvriez seul. Ce livre devrait être remboursé par la Sécurité sociale tant il fait du bien. Cela faisait longtemps qu’il ne m’avait pas tardé le soir de me coucher pour me replonger sur les banquettes du Transsibérien en compagnie de Géraldine et de ses compagnons de voyage aux visages multiples. Ce livre est rempli de moments simples de partage humain qui font le vrai bonheur. Des amitiés de quelques heures, quelques jours qui marquent à vie et dont la séparation vous laisse un vide dans le cœur mais qui en même temps vous emplissent de par leur intensité. Géraldine Dunbar a de l’humour en plus, ce qui ajoute à la qualité de son récit une légèreté modeste à ce voyage qu’elle a fait pour rendre hommage à une patrie qui se meurt à petit feu. On s’enthousiasme, on s’attendrit, on rit, on pleure avec Géraldine au contact de ses multiples personnes qui ont croisé sa route sur 9 288 km de Moscou à Vladivostok. Géraldine m’a redonné envie de revoir
Le Docteur Jivago, de relire Anna Karénine, Guerre et paix, des livres lus à 20 ans et qui me sont revenus comme si c’était hier. J’ai revu Lara et le docteur Jivago dans la taïga avec pour seul trésor leur amour. Et finalement, c’est bien cela : “La Russie est pauvre mais le peuple est joyeux”, lance Volodia. Tant de phrases simples et justes. Géraldine Dunbar n’a pas cherché à faire un beau livre, elle a été sincère et c’est de cela qu’est né son beau livre. Elle livre des informations sur la Russie actuelle et passé très intéressantes, qui offrent une vision réaliste de cette nouvelle nation méconnue dont les Occidentaux n’ont que des clichés comme échos. Vous l’aurez bien compris, je vous encourage vivement à vous jeter sur le livre de Géraldine Dunbar. Tiens, Dunbar est aussi le patronyme de John Dunbar, le héros de Danse avec les loups de Kevin Costner et, quelque part, je trouve que ces deux histoires se rejoignent dans l’amour de l’auteur envers un peuple magnifique et l’hommage rendu. Mon âme se sent mieux grâce à vous Géraldine ! Merci ! »

Simone Roche, librairie Saint-Pierre, le 19 mai 2010 :
« Après lecture de votre livre que j’ai dévoré, je viens vers vous. Chacune de vos rencontres est rayonnante d’aventures humaines que réchauffe un soleil intérieur attachant. J’ai aimé toutes ces belles personnes décrites avec tant d’amour et de respect en restant dans la justesse. Votre fatidique question “le bonheur c’est quoi pour toi ?” résonne encore en moi et trouve chaque jour une réponse différente. N’est-ce pas cela “vivre” ? La sensibilité et la profondeur de votre récit de voyage me semblent être le miroir de votre personne. Quel bonheur ai-je éprouvé en grimpant dans chaque wagon, en pénétrant dans les compartiments at home avec vous et en découvrant la culture russe que je connais peu et qui m’a séduite par sa générosité de cœur, sans oublier le courage et la résignation.
Tout ce que j’aime dans un livre est dans
Seule sur le Transsibérien : aventure, nature, relations humaines… le tout bercé par une belle écriture.
“Bref !” pour faire court cette fois, j’ai adoré ! Je vous remercie pour la petite place réservée à vos lecteurs dans chacun des compartiments que vous avez partagés avec vos amis russes (et japonais).
Félicitations, Géraldine ! »


Une lectrice, www.babelio.com, le 3 mars 2010 :
« Ce voyage à la découverte des paysages russes est une véritable rencontre avec ses habitants, attentionnés et charmants. Il donne aussi lieu à d’émouvants et déchirants adieux. Je recommande chaudement ce récit de voyage qui offre un regard différent à bord d’un moyen de transport différent, qui en fait rêver plus d’un ! Personnellement, la Russie ne m’attire pas spécialement mais ce voyage en train m’a beaucoup plu ! »

Un lecteur, www.priceminister.com, le 9 février 2010 :
« Je viens de terminer ce livre, bluffant. Il est empli de joie de vivre et de rencontres tour à tour drôles et émouvantes. Une belle introduction sur la Russie contemporaine et un voyage extraordinaire comme si l’on y était… Top. »

Marion Prévot, lectrice, le 14 octobre 2009 :
« Vous m’avez fait voyager et rêver. J’ai admiré votre courage et la façon dont vous alliez vers les gens. Je vous ai enviée à chaque ligne. J’ai souhaité être à votre place à chaque nouvelle rencontre. Vous m’avez fascinée avec les descriptions de paysage. Et j’ai bêtement essayé de répéter les mots écrits en russe dans votre récit (sans grand succès, j’en ai peur…). Avant de vous lire, j’avais envie de partir en Russie, seule, sur le Transsibérien. Depuis votre livre, j’ai besoin de partir, vite, rencontrer les Russes, les vrais, les naturels, les Russes au grand cœur que vous avez si bien décrits.
Je voulais simplement vous écrire pour vous féliciter. Vous féliciter pour le courage que vous avez eu de partir seule, si longtemps, et dans des endroits parfois peu fréquentables. Vous féliciter pour votre ouverture d’esprit magnifique qui a donné lieu à de touchantes conversations avec les Russes. Vous féliciter pour le talent avec lequel vous avez retranscrit votre voyage, et la précision qui m’a souvent surprise (le nom des personnes que vous n’avez croisées que quelques instants, la couleur de la jupe de la responsable de wagon, etc.).
Je mets fin à ce long message en vous remerciant. Merci de m’avoir fait rêver, j’espère pouvoir bientôt vivre le même voyage que vous. D’ici là, je vais essayer de trouver le livre de Lesley dont vous avez tant parlé. »


Hélène Dumur, helene.dumur.free.fr, juin 2008 :
« Un récit de voyage tout à fait passionnant, si bien écrit en plus, si vivant ! On y découvre des paysages nouveaux, peu visités, de Moscou à Vladivostok, en passant par des noms magiques comme Novossibirsk, Irkoutsk, le lac Baïkal, le fleuve Ienisseï… La jeune femme qui nous fait partager ce long périple nous fait aussi rencontrer des tas de gens, différents, tous perplexes au milieu des nombreux changements de vie récents, et sa sensibilité est souvent bouleversante. C’est donc plus qu’un simple récit de voyage, plus qu’un carnet de route ordinaire, et bien plus qu’un guide touristique, cet ouvrage est une belle, une très belle histoire. »

Un lecteur, www.fnac.com, le 15 décembre 2007 :
« Un excellent récit de voyage qui restitue la chaleur du Transsibérien en plein métro parisien et célèbre la grandeur d’âme du petit peuple russe. Bravo ! »

Gilles Fumey, Vient de paraître n° 26, septembre 2006 :
« De tous les ponts vers l’Asie orientale, le Transsibérien est le plus mythique, grâce à Tolstoï, Jules Verne, Kessel et d’autres. Il donne à vivre un pèlerinage vers un Far East menant, à l’instar de l’épopée américaine, sur les rives du Pacifique. On est étonné qu’une jeune russophile, à peine la trentaine, ait rêvé de ce train à une époque où le voyage est rapide et la traversée de la Sibérie surtout aérienne. Son livre donne la réponse : elle parcourt le monde pour rencontrer, recenser comme une journaliste des faits qui la surprennent. Ici, c’est un sniper qui lui montre une balafre, là ce sont des bergers bouriates qui connaissent nos étoiles françaises du football ou des jeunes mariés posant devant un sous-marin S56 à Vladivostok. Sur les lieux dont la toponymie est toute chantante pour une oreille occidentale (Ekaterinbourg, Novossibirsk, Iénisseïsk où elle déniche une rue de la Dictature-du-Prolétariat), Géraldine Dunbar égrène le catalogue des héros et des faits historiques, les relie à sa propre histoire qui pourrait être la nôtre. Évocations longues (et répétées) du bagne au XIXe siècle, du goulag stalinien, escapades dans les villes fluviales de l’Iénisseï : une forme de tournis dont on ne sort pas, même dans l’immense taïga où tout est décortiqué comme fonctionnel… »

Un lecteur, www.fnac.com, le 25 août 2006 :
« Ce livre est un petit bijou ! Géraldine Dunbar est une jeune femme courageuse, audacieuse et passionnée. Le récit de sa belle épopée est vivant, poétique et souvent drôle. Au fil des kilomètres, les rencontres sont émouvantes et les paysages font rêver : forêts denses, prairies verdoyantes, grands fleuves majestueux. La vie difficile que mènent et décrivent nombre de passagers est oubliée face à leur générosité de cœur. La Sibérie n’apparaît plus comme une région liée aux tristes goulags mais comme une partie du monde à découvrir avec joie. Je conseille la lecture de Seule sur le Transsibérien assis dans le métro parisien : il fait rêver ! »

Jean-Philippe Damiani, www.routard.com, le 10 août 2006 :
« Géraldine Dunbar est une authentique passionnée de la Russie, de ses paysages, de sa culture, de ses gens et de sa langue, à laquelle elle a consacré une bonne partie de ses études. Elle y a d’ailleurs vécu de 1996 à 1999, avant de rentrer travailler en France. Et, un beau jour de 2004, elle a décidé de larguer les amarres pour tenter la grande aventure et vivre un rêve de gosse : traverser ce fascinant pays-continent en Transsibérien, soit 9 288 km de train.
Plus proche d’un carnet de voyage que d’un récit,
Seule sur le Transsibérien retrace l’odyssée de cette routarde slavophile qui a embarqué à Moscou pour atteindre, après plusieurs mois de voyage, l’extrême-orientale Vladivostok. Géraldine Dunbar a pris son temps et a voyagé “à la russe”, en ne négligeant pas les inconfortables banquettes des wagons de troisième classe.
À l’ordinaire, un tel parcours prend une semaine. Notre voyageuse a préféré faire de nombreuses haltes sur la route du Pacifique. C’est ainsi qu’elle a pu prendre le pouls d’un pays en pleine mutation où cohabitent traditions ancestrales, vestiges du communisme et sirènes clinquantes de la société de consommation. La Russie, décrite avec pertinence par Géraldine Dunbar, apparaît comme un pays fortement contrasté. Au fil des kilomètres, le dense chaos urbain de la région moscovite s’efface au profit de la ruralité rugueuse des environs du lac Baïkal et de la splendeur de l’immensité sibérienne.
Plus qu’une collection de paysages, un pays se découvre par ses habitants. Tout au long de son voyage, Géraldine Dunbar a rencontré des Russes dont elle nous livre des portraits tour à tour drôles, émouvants ou cocasses. Sa plume, qui respire l’empathie, invite à la sympathie. En dépit de certaines répétitions et d’un sentiment de lenteur inhérents au genre “carnet de voyage”,
Seule sur le Transsibérien se lit avec le plaisir de la découverte mêlé à une pointe d’émotion : celle de parcourir une authentique déclaration d’amour au peuple russe. Enfin, à ceux qui seraient tentés par l’aventure, Géraldine Dunbar offre, en fin d’ouvrage, un bref guide pratique du Transsibérien et une anthologie de textes sur le train dans la littérature russe. Bons baisers de Vladivostok ! »

Autres livres & DVD

9782361570705 14,90€ Disponible
Une œuvre de Pauline Beeckmans

Exploration de la Sibérie (L’)

9782070355976 5,60€ Dernier article disponible
Une œuvre de Michèle Lesbre

Canapé rouge (Le)

9782361571108 9,90€ Disponible
Une œuvre de Géraldine Dunbar

Bons baisers du Baïkal

Nouvelles de Sibérie

Suggestion de voyages de Tamera

Russie Du 02/08/2019 au 15/08/2019

Ascension de l’Elbrouz à 5 642 m avec acclimatation

elbrus-6 A partir de 14 jours A partir de 2 750 €

Elbrouz par la voie classique avec quelques jours d'acclimatation supplémentaires.

Découvrez ce voyage
Russie Du 31/07/2020 au 08/08/2020

Ascension de l’Elbrouz à 5 642 m pour alpinistes acclimatés

elbrus-8 A partir de 9 jours A partir de 2 250 €

Ascension rapide par le versant sud de l'Elbrouz.

Découvrez ce voyage
Russie Du 21/08/2020 au 01/09/2020

Ascension de l’Elbrouz à 5 642 m par la voie nord

expeditions_credit_romain_lafitte A partir de 12 jours A partir de 3 050 €

Ascension par la voie nord, moins fréquentée et plus sauvage.

Découvrez ce voyage